Doctor Strange

RÉALISATION : Scott Derrickson
AVEC : Benedict Cumberbatch, Chiwetel Ejiofor, Tilda Swinton, Rachel McAdams, Mads Mikkelsen, Scott Adkins, Amy Landecker…
ORIGINE : États-Unis
GENRE : Fantastique, Aventure, Super-héros
DATE DE SORTIE : 26 octobre 2016
DURÉE : 1h55
BANDE-ANNONCE
SYNOPSISDoctor Strange suit l’histoire du Docteur Stephen Strange, talentueux neurochirurgien qui, après un tragique accident de voiture, doit mettre son égo de côté et apprendre les secrets d’un monde caché de mysticisme et de dimensions alternatives. Basé à New York, dans le quartier de Greenwich Village, Doctor Strange doit jouer les intermédiaires entre le monde réel et ce qui se trouve au-delà, en utilisant un vaste éventail d’aptitudes métaphysiques et d’artefacts pour protéger le monde.

Sherlock Strange

Doctor Strange était probablement le film le plus attendu de cette troisième phase du MCU. Non pas pour le personnage en lui même, mais plutôt pour son casting cinq étoiles, surtout Benedict Cumberbatch dont la cote ne cesse d’augmenter auprès du grand public. Choix logique, tant l’avenir du MCU repose sur ce personnage important, à partir de la quatrième phase. Le futur Infinity War, verra très certainement la mort ou le retrait de plusieurs personnages d’envergures (probablement Iron Man, Captain America et Thor). Il n’y a pas d’autres choix pour le studio que de tout miser sur ce nouveau héros à qui l’on promet le rôle de futur leader des Avengers. Pourtant on aurait préféré confier ce rôle à Black Panther, personnage bien plus riche et complexe.

Pour élever le challenge face à Benedict Cumberbatch, Marvel Studios à fait appel à des acteurs-trices de haut niveau pour ne pas déséquilibrer les forces, que ce soit en terme d’acting, que de charisme. On a donc le plaisir d’y retrouver Chiwetel Ejiofor, Tilda Swinton, Rachel McAdams pour épauler le héros face au grand méchant interprété par Mads Mikkelsen. Un gros casting permet une certaine facilité pour poser les bases d’un film, à contrario cela implique également de proposer des personnages sur mesure. Ce qui n’est malheureusement pas le cas de Doctor Strange. Hormis le personnage titre et de Mordo (Chiwetel Ejiofor), les autres sont peu évolués et cantonnés à des personnages mineurs, ne permettant pas à leurs interprètes d’exprimer leurs talents. Un handicap lourd pour créer une véritable interactions entre les personnages, ainsi que de nous impliquer en tant que spectateurs. On assiste donc à cette aventure de façon passive, sans prendre un réel plaisir. Avec Mads Mikkelsen dans le rôle du méchant Kaecilius, nous pouvions espérer une grande opposition, à la manière d’un personnage dans la veine de Loki. Malheureusement, il incarne encore un énième personnage manichéen. Concernant Benedict Cumberbatch, on constate un autre problème, une sensation de le voir rejouer son personnage de Sherlock Holmes plutôt que celui de Doctor Strange. Même si les deux personnages ont des similitudes, la similitude est tout de même flagrante.

Autre bémol à reprocher à Doctor Strange, c’est son humour aléatoire. Trop souvent les blagues tombent à plat, car elles sont majoritairement placés aux mauvais moments et mal dosés, faisant plus souvent hausser les sourcils plutôt que rire. Malgré tout, certaines blagues font mouches. Les plus drôles venant de la cape de Doctor Strange, faisant d’elle un personnage à part entière.

S’il y a un point fort à relever, c’est certainement l’univers visuel qui permet de multiples possibilités en terme de narration comme de mises en scènes. Scott Derrickson s’en donne à cœur joie et les exploite à fond : altération du temps et de l’espace, kaléidoscope, etc… Sur ce point on en prend plein la vue. Jusqu’à une confrontation finale avec un ennemi caché tout le long du film, dans un twist assez bien senti, et où tous les éléments visuels proposés sur la globalité du film sont combinés pour proposer un final jubilatoire. Au delà de ça, Doctor Strange ne fait pas l’entrée fracassante qu’il aurait du faire. Il faudra aux personnages bien plus d’apparitions dans le MCU, ainsi qu’une nouvelle aventure plus aboutie, pour conquérir le public et ainsi assurer la relève qui repose sur ses épaules.


Doctor Strange ne relève malheureusement pas le challenge d’imposer un personnage dont l’avenir de la phase quatre repose, en partie, sur ses épaules. La faute à une intrigue insuffisante, on est loin de l’introduction d’Iron Man et de Captain America. Simple bémol ou épuisement de la recette Marvel ? Réponse d’ici la fin de la troisième phase.

Partenariat

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire