Les Gardiens de la Galaxie Vol.2

RÉALISATION : James Gunn
AVEC : Chris Pratt, Zoe Saldana, Dave Bautista, Michael Rooker, Karen Gillan, Kurt Russell, Sylvester Stallone…
ORIGINE : États-Unis
GENRE : Action, Comédie, Science-fiction, Super-héros
DATE DE SORTIE : 26 avril 2017
DURÉE : 2h16
BANDE-ANNONCE
SYNOPSIS : Musicalement accompagné de la «Awesome Mixtape n°2» Les Gardiens de la galaxie 2 poursuit les aventures de l’équipe alors qu’elle traverse les confins du cosmos. Les gardiens doivent combattre pour rester unis alors qu’ils découvrent les mystères de la filiation de Peter Quill.

«Je suis ton père !»

Le premier Gardien de la Galaxie à surpris tout le monde ou presque. En effet, qui aurait pu prédire que ces personnages, jusqu’alors, inconnu du grand public allait hisser le film comme étant le meilleur du MCU ? Probablement personne. Son metteur en scène et scénariste, James Gunn y est pour beaucoup. Car il a su apporter, au delà de la dimension cosmique du métrage, un vent de fraîcheur et une direction artistique hallucinante, à un univers étendu pourtant calibré. De quoi faire de ce métrage une pierre angulaire, en terme d’humour et de production design, pour l’avenir de l’univers étendu Marvel. La preuve en est avec le production design de Doctor Strange, la première bande-annonce de Black Panther, ainsi que celle de Thor : Ragnarok. Sans compter l’humour de ce dernier. La question que l’on pouvait se poser pour Les Gardiens de la Galaxie Vol.2 était, James Gunn sera-t-il capable de réitérer l’exploit ? La réponse et à la fois, oui et non.

S’il y a bien un aspect qui surpasse le premier volet, c’est le production design. Car bien que le premier opus ai placé la barre haute, James Gunn et son équipe ont décidés de se surpasser pour ce volume 2. Les décors sont encore plus colorés et fabuleux, et les contrastes sont encore plus saisissants. D’autant que ceux-ci sont aussi nombreux et variés et permettent à l’équipe créative de brosser très largement le spectre colorimétrique, pour le plus grand plaisir de nos rétines. Si l’on devait décerner la palme du plus beau décor du film, ce serait sans conteste la planète d’Ego. En même tant quoi de plus normal que cette planète soit la plus belle visuellement, car celle-ci est une étape essentielle dans l’intrigue du film. Mais nous y reviendrons plus loin dans une rubrique spoiler. Un autre point fort du premier volet était sa bande-originale, qui était en parfaite adéquation avec le film, a tel point que l’on pouvait la considérer comme un personnage à part entière. Dans ce second volet, bien que celle-ci soit de très bonne qualité, elle a une moins grande importance dans la narration, hormis le temps d’une séquence (voir deux), entre Peter Quill et Ego.

En revanche, là ou Les Gardiens de la Galaxie Vol.2 passe la vitesse supérieur c’est sur le traitement des personnages. A tel point que celui-ci est totalement relié à l’intrigue, en un tout cohérent, ce qui en fait aussi bien sa force que sa faiblesse. Sa force est que le background de quasiment tous les personnages sont travaillés, même les secondaires. Ce background étant traité de façon introspective, crée un impact dans leurs relations avec autrui, et vice-versa. Bien que le film soit centré sur l’affiliation paternelle de Peter Quill, on en apprend énormément sur Rocket et Yondu d’une part, sur Gamora et Nebula d’autre part, et dans une moindre mesure sur Drax et la nouvelle venue Mantis. Mais le fait que ce traitement de personnages soit au cœur de l’intrigue en fait également sa faiblesse. Car cela en minimise les enjeux tout en créant parfois des longueurs inutiles. A l’instar de l’humour, qui était un des points forts du premier opus. Bien que la plupart des blagues ou situations drôles soient efficaces, celle-ci sont souvent rallongés inutilement usant l’effet spontané (hormis la blague du ruban adhésif). L’exemple le plus pertinent étant l’intro-générique où Baby Groot danse sur l’intégralité du morceau Mr Blue Sky de Electric Light Orchestra.

Mais ce qui est le plus le plus dérangeant, de prime abord, dans ce Gardiens de la Galaxie Vol.2, ce sont les libertés prises par rapport aux matériaux de base afin de créer le père biologique de Peter Quill dans le MCU.

Spoiler


Bien qu’inférieur au premier Gardiens de la Galaxie, James Gunn délaisse quelques peu l’action au profit de ses personnages et leurs introspections, quitte à créer des longueurs, dont le noyau central est la recherche du père et plus généralement la relation familiale.

Partenariat

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire