Sorry To Bother You

Après avoir décroché un boulot de vendeur en télémarketing, Cassius Green bascule dans un univers macabre en découvrant une méthode magique pour gagner beaucoup d’argent. Tandis que sa carrière décolle, ses amis et collègues se mobilisent contre l’exploitation dont ils s’estiment victimes au sein de l’entreprise. Mais Cassius se laisse fasciner par son patron cocaïnomane qui lui propose un salaire au-delà de ses espérances les plus folles…

Raymond Lawrence Riley, plus connu sous le pseudonyme Boots Riley, est d’abord connu comme étant musicien et leader de The Coup. Formé dans les années 90, le groupe de hip-hop (qui mélangent différents styles musicaux : comme le funk, le punk et la soul) s’inscrit très vite comme le digne successeur de Grand master Flash and the Furious Five, puis de Public Enemy ou encore KRS-One, en proposant un rap politique, en emphase totale avec le discours des Black Panther. C’est en 2012 que Boots Riley termine le scénario de Sorry To Bother You, légèrement inspiré d’une période de sa vie, où il travaillait comme télévendeur et collecteur de fonds dans une entreprise de Californie. N’ayant pas les fonds pour produire le film, il s’inspire de son propre script pour le mettre en musique avec The Coup, titré Sorry To Bother You. Suite à cela, le groupe par en tournée, en espérant récolter assez d’argent pour financer le film. Mais, les recettes ne suffisent pas. C’est deux ans plus tard et suite à sa rencontre avec le romancier et scénariste Dave Eggers, qui devient son mentor, que la situation tourne en faveur du projet. Leurs deux notoriétés combinées font que Sorry To Bother You arrive enfin à voir le jour, grâce aux studios Significant Productions et Macro, et se fait fortement remarquer à Sundance.

À l’instar de ses projets musicaux, Boots Riley fait de Sorry To Bother You, une oeuvre profondément engagée. Moins frontal et premier degré que que The Croup, mais plus proche de l’esprit de Street Sweeper Social Club (groupe de fusion fondé avec Tom Morello de Rage Against The Machine), Sorry To Bother You clame son message avec un humour caustique. Au travers de son personnage central, Cassius Green (Lakeith Stanfield), il dévoile au fur et à mesure de son ascension sociale, toutes les dérives possibles et inimaginables créées par le système capitaliste. Sans retenue aucune et en toute logique, Boots Riley dénonce le monde du travail contemporain comme étant une forme d’esclavage moderne. De cette manière, l’auteur redonne le sens étymologique premier au mot : travail.  Non satisfait de se contenter d’une seule critique, Boots Riley égratigne l’Amérique au sens large.

À l’image de ses personnages secondaires, surtout la pétillante Detroit (Tessa Thompson), la convergence des luttes et l’activisme sont au cœur de Sorry To Bother You. Que ce soit au travers des techniques de vente où le temps d’une séquence chez le patron de la société de télémarketing, Boots Riley dénonce le racisme sous toutes ses formes et démonte au passage les clichés communautaires et afro-américains. Soucieux de garder son ton satirique de bout en bout, tout en maintenant son propos, Boots Riley maintient l’équilibre entre les deux avec une certaine efficacité. Relativement à l’aise avec cet exercice, il se permet d’osciller facilement entre les genres, allant même jusqu’à la dystopie. D’ailleurs, la mise en scène de Boots Riley illustre très bien le caractère intrusif du démarchage téléphonique. Dans le même principe, la réalisation et l’imagerie référentielle varient entre les styles, vacillant entre du Spike Lee et du Michel Gondry (dont son nom sera même détourné pour cause de droit). Parodie oblige, même la présence au casting de Danny Glover n’est pas épargnée, quand celui-ci s’amuse de sa propre réplique culte de L’Arme Fatale : « je suis trop vieux pour ces conneries ». Avec Sorry To Bother You, Boots Riley signe un premier film enragé et radical à l’humour corrosif, qui nous réjouit au plus haut point.

RÉALISATION : Boots Riley
AVEC : Lakeith Stanfield, Tessa Thompson, Jermaine Fowler, Omari Hardwick, Terry Crews, Kate Berlant, Michael X. Sommers…
ORIGINE : États-Unis
GENRE : Comédie, Fantastique, Science-fiction
DATE DE SORTIE : 30 janvier 2019

DURÉE : 1h51
BANDE-ANNONCE

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.